La Rochelle et ses musées, entre bonnes et mauvaises surprises

01:39:00

Il y a quelques mois, j'ai effectué un séjour d'une semaine à la Rochelle, la très belle ville portuaire où naquit de grands artistes comme Wiliam Bouguereau, Théodore Chassériau ou Eugène Fromentin. En bonne férue de culture artistique, il m'était impossible de ne pas effectuer quelques visites parmi les nombreux musées qui s'y trouve. Entre émerveillements et déceptions, aujourd'hui je vous livre mon ressenti sur mes escapades culturelles.

Tout d'abord, j'ai trouvé très dommage le fait que tous les musées étaient beaucoup moins mis en avant que l'aquarium ou les tours en ce qui concerne leur promotion. D'autant plus que les musées étaient très mal indiqués dans les petites ruelles, ils mériteraient d'être d'avantage signalés pour donner envie aux touristes d'y pénétrer. Car ne nous voilons pas la face, plus de la moitié préfèrent se balader dans l'aquarium ou profiter des activités aquatiques, c'est pour cela qu'il faudrait d'autant plus développer de stratégies pour attirer du monde, car durant mes visites je n'ai croisé que très peu de monde. Et cela est très dommage puisque le détour en vaut vraiment la peine.

Le musée du nouveau monde

Ce musée est de loin mon plus gros coup de cœur. L'accueil y fut très attentif et j'ai été très bien renseignée. Je suis d'ordinaire pas une adepte des audioguides, je préfère de loin lire les cartels (quand ils sont bien remplis) qu'avoir les oreilles à l'affut inhibant le reste de mes sens. Et entre nous, je trouve que ça vole un peu la vedette aux conférenciers et que ça rend l'apprentissage et la découverte des œuvres beaucoup moins humaine même si c'est un bel effort pour rendre plus accessible l'art. Néanmoins cette fois-ci, j'ai eu envie de sauter le pas, et quelle bonne expérience j'ai fait là.
Du début à la fin, ma visite fut couronner de succès. J'ai été autant captivée par les œuvres que par les lieux. Un magnifique hôtel particulier du XVIIIe siècle, très bien restauré et mis en valeur. On y trouve aussi bien du  mobilier néo-classique que des décors rocailles. Une vraie richesse du style dont on ne se lasse pas.
Tout le musée est bien construit autour d'un fil directeur qui rend le parcours cohérent. On n'en rate pas une miette. Comme son nom l'indique, la grande thématique est la découverte du nouveau monde, l'Amérique, en 1492 et le rôle qu'a eu Aimé-Benjamin Fleuriau propriétaire à l'époque de cet hôtel. Les plantations rochelaises de Saint-Domingue y sont représentés, tout comme la Nouvelle-France qu'est le Québec et même quelques salles sont destinées à l'histoire des indiens, aux tribus autochtones et aux échanges.
L'audioguide était un plus, mais toutes les salles et grand nombre d’œuvres sont très bien expliquées et mises en valeur. Je n'ai rien à reprocher au scénographe, si ce n'est que c'était trop court. Mais que voulez vous, toutes les bonnes choses ont une fin.

Le musée des Beaux-Art
(j'ai été contrainte de fouiner quelques photos sur internet, car complètement déçue je n'ai même pas pensé à prendre de photo, c'est dire !)
Installé dans l’hôtel Crussol d’Uzès, ancien palais épiscopal construit sous Louis XVI, le musée des Beaux-Arts est ma déception du séjour. J'attendais tellement de ce musée, qu'une fois sur place je suis tombée des nues.
Tout d'abord, l'accueil a été des plus expéditif et froid. Aucun renseignement, pas même un "bonne visite", c'est tout juste si on ne dérangeait pas de venir visiter le musée.
Accaparés par leur charmante (j'entends par là, bruyante et dérangeante) discussion entre collègues, surveillants et réceptionnistes ne se gênait pas pour se raconter leurs vies tandis que les deux seuls clampins qu'ils avaient eu la chance de recevoir aujourd'hui tentaient de lire pour la quinzième fois la première ligne de l'introduction à l'exposition temporaire. Exposition temporaire qui portait sur l'orientalisme dont Eugène Fromentin faisait parti. Autant vous dire que j'ai très vite fait le tour de cette salle. Non pas parce qu'elle n'était pas intéressante, loin de là, mais c'était vraiment insupportable. Imaginez vous, obligez de vous reprendre à dix fois pour ligne quinze malheureuses lignes car une troupe de 6 ou 7 personnes s'y donnent à cœur joie dans la salle d'à côté. La résonance est telle qu'il vous est impossible de vous concentrer sur le moindre centimètre carré de peinture tranquillement en refaisant le monde intérieurement. Ni une ni deux, je passe à l'étage en espérant pouvoir continuer ma visite dans le calme.
J'arrive dans une salle consacrée à l'histoire de la Rochelle si mes souvenirs sont bons. Jusque là, on peut déjà se demander où est le rapport avec la salle précédente, mais comme c'est une exposition temporaire, ça compte qu'à moitié. La salle est plutôt bien agencée et différents supports et techniques d’œuvres sont présentés. Il est difficile de voir le rapport entre toutes mais on fait abstraction et on apprécie le calme accompagné de son parquet grinçant. Je me penche à la fenêtre, un jardin avec des blocs de pierres en ruine. LE lieu parfait pour moi, malheureusement inaccessible. Diable, ce n'était pas ma journée.
J'avance dans la visite, batailles maritimes, seconde guerre mondiale et la résistance... C'est bien beau mais ce n'est pas ce que je suis venue voir ! Moi je veux voir les chef d’œuvres de Bouguereau dont on me parle tant en cours ! Où est cette fichue salle ? Au dernier étage... Dernier étage mal éclairé pour certain endroit, dernier étage peu entretenu, ça les écorcherait de passer un petit coup de peinture sur les murs ? Et pire encore, dernier étage pauvre en tableaux. Pourquoi vous me faites ça ? J'attendais ce moment depuis le début de ma visite et qu'est-ce que je récolte ? Une cinquante de tableau tout au plus ? Non non et non. Les premiers mots qui nous accueillent sont "les collections du musée sont très importante, plus de 900 tableaux", où sont-ils ? Je vois de la place là et ici ! Pourquoi ne pas les avoir mis si comme vous le dites ils sont si exceptionnels ? Mieux encore, aux étages précédents j'ai vu des salles entièrement vides, pourquoi ne pas les occuper avec votre merveilleuse collection.
Ok, tout n'est pas tout noir puisqu'il est évident que tous les tableaux de la réserve même avec la meilleure volonté du monde ne rentreraient pas ici, un système de roulement par thème a été mis en place, très bonne idée ! Mais quelques petites ombres m'apparaissent. Ce roulement se fait une fois par an, c'est trop peu pour le nombre d’œuvres que vous avez surtout si vous n'occupez même pas tout l'espace que vous avez à votre disposition. Et surtout, en voyant le nombre de personne (non, vraiment, il n'y avait absolument personne dans le musée) qui viennent, il serait bon de renouveler plus souvent pour au moins inviter les Rochelais a revenir et découvrir de nouveaux tableaux à chaque nouvelle visite.
Assez pointer les choses négatives du doigt. Il y a aussi de bons points à ce musée, le fait de mélanger des œuvres de toutes les périodes, qu'elles soient plus ou moins anciennes à des œuvres actuelles, du XVème au XXème siècle plus précisément. Ceci offre un beau panorama et permet de confronter différentes formes d'art. C'est vrai que même si peu d’œuvres étaient exposées au dernier étages, elles n'en étaient pas moins belles et captivantes.

Le musée d'histoire naturelle

Je vous présente le musée pour les sportifs, les vrais. Ceux qui n'ont pas peur de courir un marathon et monter les marches par deux. Ce musée est fait pour vous. Je pense sincèrement qu'il faut plus de trois heures pour arpenter ses pièces tout en ne ratant rien !
De la faune à la flore en passant par les minéraux, l'espèce humaine et tout ce versant ethnique, ce musée balaye tant de thèmes. C'est impressionnant. La scénographie est juste renversante si ce n'est qu'on s'y perd un peu étant donné l'immensité de la chose. En gros, ce musée est la parfaite fusion entre le quai Branly, le musée d'histoire naturelle de Paris et un bout du Louvre. Voilà, tout est dit. Ce musée plaira à tout un panel de personne, des plus petits au plus grands. Je pense même qu'en pénétrant ce musée on retrouve immédiatement une âme d'enfant. On découvre tellement de chose et on ne cesse de s'émerveiller devant cette nature mère, cette Terre qui regorge de trésors et de diversités. Face à un animal empailler on est d'abord gêné, dérangé, parfois outré et puis on se perd et se noie devant leur beauté. On les observe sous toutes les coutures "c'est vraiment comme ça?" se demande-t-on une fois ci près d'eux, "c'est magnifique, regarde moi ces couleurs" s'exclame-t-on devant une gamme chromatique à laquelle on aurait jamais pensé avant de la découvrir. J'ai moi même été extrêmement surprise devant un petit film sur les mollusques. Jamais je n'aurais imaginé comment ces petites bêtes là mangent et vivent. Je ne suis aller que de surprises en surprises de salles en salles.
Il y a aussi tout un versant environnemental et écologique, avec des activités et des mises en situation pour nous faire prendre conscience de l'impacte que l'on peut avoir sur cette Terre et des solutions nous sont proposées afin de le réduire.
Il vous faudra vous armez de temps et de votre appareil photo. Une fois terminé, une récompense vous attend à l'extérieur, un magnifique parc où vous pourrez vous prélasser et profiter du soleil.


As-tu visité ces musées ? Comment s'est passé ta visite ?
As-tu fait d'autres musées de la Rochelle ? Donne nous ton avis !

Ces articles pourraient te plaire

0 commentaires

Newsletter

Me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Historique